Expérience et satisfaction

Être Satisfait et se dépasser

Dans notre siècle sécularisé, nous sommes entourés de tentations qui nous font que nous sommes sans cesse frustré. Mais faisons maintenant un bilan.

Êtes-vous content de vous ? dans quels domaines ? Dans votre vie personnelle, dans votre relation avec Dieu, dans votre ministère, dans votre famille ? dans vos finances ?

Avez-vous des désirs pour l’année prochaine ou avez-vous peur de les exprimer car vous êtes dans la frustration ?

« J’ai appris à être satisfait dans ma situation » nous écrit l’apôtre Paul dans la lettre qu’il a adressée aux Colossiens. Ce n’est néanmoins pas un contentement béat, car il nous explique sa vision des choses en notant : « je sais vivre dans la pauvreté et je sais vivre dans l’abondance ».
L’apôtre ne nous parle pas seulement de l’absence ou de l’abondance de l’argent, mais d’une attitude qui voit les choses différemment du commun des mortels.
Cette attitude n’est pas innée, car il a dû l’apprendre.
« Partout et en toutes circonstances j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans le besoin ». Il peut maintenant nous l’enseigner.
Vivant une relation forte avec Jésus-Christ, il a fait siennes ces paroles de Jésus « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » Matthieu 4 :4
Mais quelles sont cette pauvreté et cette abondance dont Paul parle hormis celle qui vient à l’esprit et qui se résume au contenu de notre porte-monnaie.
Je vous soumets plusieurs types de pauvreté et de richesse.

  • Pauvreté : manque d’énergie et de force, manque de connaissances, manque de relations, difficultés pour faire changer les choses, commencement laborieux d’une œuvre (je le vois pour les radios naissantes).
  • Richesse : Enthousiasme et volonté de faire de grandes choses, connaissances de bonnes solutions, relations bénies avec des personnes importantes à nos yeux, bonnes circonstances, épanouissement de l’œuvre (multiplication des auditeurs par exemple).

La satisfaction ne venant pas de nos circonstances extérieures, mais de notre relation avec Dieu, nous pouvons mieux accepter notre situation.  Je me contente de ce que j’ai et de mon état.
Même satisfait dans ma situation et peu importe ma condition de richesse ou de pauvreté, je peux soit être rassasié soit avoir faim.
Prenons deux exemple :

  • je suis dans les difficultés et je travaille dans une œuvre où les problèmes s’enchaînent et les relations entre les intervenants ne sont pas bonnes, je reste rassasié car je suis à la place que Dieu m’a donnée. Ne nous décourageons pas face aux difficultés. on n’obtient rien sans effort.
  • Si au contraire, l’œuvre grandit avec une bonne ambiance dans l’équipe et que nous avons de bonnes relations avec notre entourage, nous avons faim de nouvelles bénédictions de Dieu afin que sa Bonne Nouvelle soit annoncée à un plus grand nombre. Ne restons pas au même niveau, mais essayons de sortir de notre zone de confort et d’atteindre un meilleur niveau d’excellence.


Avec cette attitude d’esprit, Paul peut alors dire : « Je peux tout par celui qui me fortifie ». Évidemment, le verset se rapporte à l’entièreté du plan de Dieu pour nos vies et non pas la toute-puissance, qui est réservée à Christ.
Il reste néanmoins conscient du besoin des autres dans l’accomplissement de l’œuvre de Dieu en terminant son enseignement par cette phrase : « Cependant vous avez bien fait de prendre part à ma détresse. ».
Comme pour Paul, l’important, c’est d’être Satisfait et de se dépasser quel que soit les circonstances et notre environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page